Guide de jardinage en bacs

Beaucoup de gens n’ont pas accès à un jardin, soit parce qu’ils vivent dans un appartement ou possèdent des sols contaminés. Produire des denrées alimentaires véganiques dans un bac permet aux gens de cultiver des aliments frais et locaux dans n’importe quel endroit.

Le jardinage en bacs propose une option polyvalente pour les personnes vivants dans un environnement urbain. On peut ainsi cultiver sur des balcons, des toits, des patios, des surfaces en béton, des terrains contaminés, des escaliers, ou suspendu à des clôtures, des rampes et des plafonds.

Types de bacs

Tout type de contenant peut être converti ou recyclés en un mini-jardin urbain : un seau, une vieille poubelle, un bac à fleurs ou un ancien bain. Vous pouvez également créer des boîtes plus grandes à l’aide de bois - évitez toutefois le bois traité. C’est seulement une question de ce que vous avez sous la main, l’espace disponible et de combien d’argent ou de temps vous souhaitez investir. Lorsque vous cultivez des aliments, vous devriez utiliser des matériaux de grade alimentaire tels que la réutilisation des seaux en plastique de qualité alimentaire utilisés dans les restaurants.

Il est particulièrement avantageux d’avoir un bac autoarrosant. Ils possèdent un double fond servant de réservoir d’eau. Cela signifie que nous n’avons pas à arroser les plantes en permanence pendant les journées chaudes. Il y a des options pour acheter des bacs pré-fabriqués, mais nous encourageons les gens à faire leurs propres bacs à partir de matériaux récupérés. C’est beaucoup moins cher, plus écologique, et peut devenir un amusant projet d’autoconstruction.

Construire le votre

Construire votre propre bac peut être aussi simple que de prendre un vieux seau, bac de recyclage, ou poubelle, et de percer quelques trous de drainage dans le fond pour éviter la noyade des racines. Par temps chaud et ensoleillé, vous aurez besoin d’arroser deux fois par jour, car il peut sécher très rapidement. Une solution consiste à place le bac dans un grand récipient, celui-ci servira de réservoir d’eau et sera facile à remplir dès qu’il sera vide.

La construction d’un bac autoarrosant est un peu plus compliqué, mais apporte d’excellents résultats. Les bacs avec une réserve d’eau ont seulement besoin d’être arrosés environ 3 fois par semaine (peut-être plus en cas de vagues de chaleur), car ils ont un réservoir d’eau intégré permettant une plus grande indépendance ainsi qu’un approvisionnement régulier pour les plantes. Pour construire votre propre bac, consultez les instructions d’autoconstruction du projet Urbanus Jardinus :

     

Le balcompostage est une technique de compostage à petite échelle développée par le jardinier véganique Marco Pagliarulo. Facile à construire, le balcompost offre une manière esthétique de camouffler un petit bac à compost en milieu urbain :

Terreau pour la culture en bac

Pour débuter : Les gens qui cultivent en ville sur des balcons, des toits et du béton auront besoin de terreau pour remplir leurs bacs. Questionnez les gens autour de vous pour voir s’il y a des sources locales. Sinon, achetez de la terre en sac à partir d’un centre de jardinage, en évitant les terreaux qui sont additionnés d’engrais chimiques ou de fumier (téléphonez aux entreprises en cas de doute).

Pour aller plus loin : Conservez votre terreau d’année en année ! Il n’est pas nécessaire de changer le sol, il nécessite seulement un apport de nutriments que le compost peut fournir. Chaque printemps, videz le contenu du bac de l’année précédente pour former un tas. Pour 3 parties de terre, ajoutez 1 partie de compost. Bien mélanger le tout puis réemplir vos bacs. Cela signifie que chaque année votre quantité total de "terreau" va augmenter en raison de l’ajout de compost : 3 bacs deviendront 4 !

Sources de fertilité pour les bacs

Beaucoup de recherche doit encore être effectuée sur ​​la culture d’aliments véganiques en bacs. En effet, la plupart du temps, les jardiniers utilisent des engrais chimiques ou des engrais à base d’animaux des leurs bacs parce que ces produits sont facilement disponibles et facile à acheter. Évidemment, nous pouvons sans problème choisir de jardiner dans des bacs à l’aide d’une approche entièrement végétale. Avec le réseau d’agriculture véganique, nous cultivont un jardin luxuriant sur le balcon à l’aide de bacs autoarrosant depuis 2009 et les résultats sont très satisfaisants.

En jardinage véganique, la fertilité est généralement maintenue en alimentant le réseau alimentaire du sol avec de la matière organique végétale ; les micro-organismes dans le sol décomposent lentement cette manière jusqu’à ce qu’elle soit accessible aux plantes. Toutefois, les bacs ont un espace limité et une plus petite diversité des micro-organismes par rapport aux parcelles de jardins habituelles, ainsi la culture en bacs repose presque exclusivement sur ​​l’alimentation directe des plantes, telles que par l’ajout de compost mûr ou de purins végétaux comme le thé de compost et le thé de consoude.

Pour ceux qui vivent en ville, l’une des meilleures choses que vous puissiez faire est de commencer par composter, à la fois pour nourrir vos jardins et réduire votre impact sur l’environnement. Pas suffisamment d’espace chez vous ? Vous pourriez joindre (ou démarrez !) un programme de compostage communautaire pour composter avec vos voisins. Vous pouvez même produire votre propre compost dans les petits espaces avec un bal compost, qui peut ensuite être utilisé pour fertiliser vos cultures en bacs.

Une autre option pour la fertilité consiste à utiliser votre propre urine, mélangée avec dix parties d’eau, puis ajoutée une ou deux fois par mois. Bien que n’étant pas à proprement parler une technique à base de végétaux, c’est une façon que les jardiniers urbains peuvent travailler vers un système fermé. En plus de stimuler les plantes avec de l’azote et du potassium, cette technique réduit leur impact environnemental en détournant leur urine des systèmes de traitement des eaux usées.

Conditions de culture

La plupart des plantes peuvent être cultivées dans des bacs, bien que certains soient plus faciles et adaptées que d’autres. Selon les plantes, les besoins en matière de nutriments, d’espace, de chaleur et de lumière varient. Lisez la suite pour plus de conseils sur les besoins de différentes plantes. Mais le plus important, vous en apprendrez davantage avec la pratique, alors lancez-vous dans le jardinage, et apprenez chaque année à tirer profit de vos échecs et réussites.

Les besoins en eau et en nutriments

Les plantes à fruits ont des besoins en éléments nutritifs beaucoup plus élevés (rappelez-vous, en termes botaniques, les tomates, les aubergines et les concombres sont tous les fruits !). Ils ont souvent besoin d’un coup de pouce en éléments nutritifs vers la mi-saison, comme une tasse de compost ajoutés à la surface de le sol ou une application de thé de compost. En général, si les feuilles de vos plantes commencent à jaunir, une application de compost devrait être utile. Aussi garder à l’esprit que les plantes accèdent à de nombreux éléments nutritifs à travers l’eau, alors un arrosage régulier est essentiel pour la fertilité des plantes. Les plantes peuvent montrer des signes de carence en éléments nutritifs, tels que la pourriture apicale dans la tomate, non pas en raison de l’absence réelle d’éléments nutritifs dans le sol, mais simplement à cause d’un arrosage irrégulier ou insuffisant.

D’un autre côté, un arrosage vraiment excessif pourrait provoquer une perte de nutriments, car les éléments nutritifs peuvent être transportés par l’eau et s’écouler par fond du bac. L’ajout d’un plateau sous le bac peut aider, car le sol pourra réabsorber une partie de cet excès d’eau. Les bacs peuvent avoir besoin d’être arrosés deux fois par jour par temps chaud et ensoleillé, et moins souvent lors de conditions météorologiques fraîches et ombragées. Surtout s’ils ont un réservoir d’eau intégré ou qu’’ils ont accès à la pluie. Habituez-vous à récolter les eaux de pluie, soit avec un baril ou tout simplement avec des seaux. Si vous arrosez avec l’eau du robinet, il est préférable (mais pas nécessaire), de laisser l’eau reposer pendant quelques heures avant d’arroser les plantes pour permettre l’évaporation du chlore.

Souvenez-vous, les jardins en bacs sont à votre charge pour un arrosage fréquent :

contrairement aux jardins réguliers, les plantes dans les bacs ne peuvent pas étendre leurs racines pour aller chercher de l’eau. Un arrosage fréquent est donc indispensable pour la réussite.

JPEG - 2.1 Mo
Melon on a sunny south-facing balcony

Soleil vs. ombre

Les plantes à fruits comme les tomates, aubergines, poivrons et concombres apprécient la chaleur. Choisissez un endroit bien éclairé, idéalement orienté vers le sud. Les placer à côté d’un mur de briques donnera plus de chaleur la nuit, car il accumule la chaleur pendant la journée. Pour les zones plus froides et ombragées, essayez cultiver de la laitue, des épinards, du cresson, des pois, de la bette à carde, des choux de Bruxelles, des radis et autres légumes qui tolèrent l’ombre.

JPEG - 2 Mo
Brussel sprouts on a shady north-facing balcony

Grosseur des bacs

Les plantes à fruits comme les tomates et les concombres doivent être cultivées dans des bacs plus grands, tandis que les petits contenants peuvent être utilisés pour cultiver de la laitue et du chou kale, ainsi que des herbes riches en antioxydants comme le romarin et le persil. Nous pouvons également mélanger des plantes différentes dans un même contenant. Gardez à l’esprit la taille de la plante à maturité pour éviter la surpopulation d’un bac. Des seaux récupérés de grade alimentaire, tels que décrits ci-dessus, peuvent contenir chacun un plant de tomate. Dans une boîte de 2x3 pieds , vous pourriez avoir deux plants de tomates ainsi que des plants de basilic, ou quelques rangées de carottes et de poireaux, ou un chou au milieu avec une laitue dans chaque coin.

Optimiser la récolte

À partir de nos expériences personnelles avec la culture en bacs, nous constatons que les contenants sont à leur meilleur avec des plantes à fruitiers et avec celles qui poussent en continu. Les plantes grimpantes comme les haricots et les concombres ou les tomates indéterminées sont merveilleuses, car elles peuvent se développer verticalement ou s’étendre le long d’une balustrade, économisant de l’espace et étant très productives. Nous évitons la culture de plantes qui sont coupées (par exemple le chou-fleur) ou que nous récoltons complètement (les légumes-racines comme les carottes ou les betteraves), car elles prennent de la place tout l’été et ne donne qu’une seule récolte relativement faible.

Voici quelques suggestions de plantes qui fonctionnent particulièrement bien dans les jardins en bacs.

  • Tomates cerises : Pour le débutant, les tomates cerises sont une culture en bacs très gratifiante, car elles sont faciles à cultiver, productives et supportent très bien la chaleur. es tomates cerises donnent un approvisionnement continu de petits fruits pendant plusieurs semaines, ce qui est sans doute plus agréable que seulement deux ou trois grosses tomates. Si vous choisissez une variété indéterminée, elles continueront de croître et de produire des fruits jusqu’à la première gelée. Sur un balcon, vous pouvez attacher une corde au plafond et l’enrouler autour de la tige principale pour donner un support vertical au fur et à mesure que le plant pousse en hauteur. À l’inverse, les tomates déterminées cessent leur expansion à un certain moment et produisent une plante plus touffue, ce qui nécessite moins d’appui vertical. Si vous vous retrouvez avec un excédent de tomates cerises, elles peuvent tout simplement être congelées tels quels dans un sac et ajoutées plus tard à des recettes comme les soupes et les sauces. Rappelez-vous, les plants de tomates nécessitent beaucoup d’eau sur une base régulière !
JPEG - 2.2 Mo
Kale among cherry tomatoes
  • Kale : Le kale est si nourrissant que tout le monde devrait en manger... et en cultiver ! Il poussera et survivra jusqu’au fortes gelées. Et même au-delà, les feuilles gelées ensevelies sous la neige peuvent encore être récoltées. La meilleur façon de le récolter est de commencer par prendre les plus grandes feuilles dans le bas du plant, ainsi la plante continuera à produire de nouvelles feuilles pendant plusieurs mois.
  • Haricots grimpants : Les haricots grimpants sont faciles à cultiver et peuvent être soutenu avec des cordes ou un treillis. Chaque année, nos haricots d’Espagne atteignent le balcon de la voisine du dessus ! Non seulement les haricots d’Espagne produisent une abondance de grosses fèves qui sont excellentes dans un chili, ils font aussi des magnifiques fleurs pourpres. Les haricots grimpant de type filet français produisent des fèves souples et abondantes. Les gousses de haricots non récoltés ou celles trop mûrs peuvent être laissées sur les plants jusqu’aux premières gelées, puis récoltées comme des haricots secs.
  • Herbs : Les herbes sont riches en antioxydants et peuvent être cultivées dans de petits espaces, souvent au côté de bien d’autres plantes dans le même contenant. Le basilic fonctionne bien comme plante compagne, en particulier pour les tomates. Si vous récoltez le basilic en coupant la tige principale juste au-dessus de la jonction de deux feuilles, il va produire deux nouvelles pousses, ce qui augmente le rendement.

Nous espérons que cette information vous donne un bon départ pour commencer votre propre jardin, peu importe où vous vivez. Osez essayer, et vous en apprendrez davantage avec l’expérience !

JPEG - 2.2 Mo
Edible centerpiece

7 juillet 2012
Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 13556 / 444550

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Agriculture véganique  Suivre la vie du site Systèmes de culture   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.1 + AHUNTSIC

Creative Commons License